6 décembre, aujourd’hui, vous ouvrez le Pitblad ...


Enfin ! En novembre, les articles ne sont pas arrivés, et vous n’avez pas pu lire votre mensuel préféré ! Nous avons donc confié celui de décembre à Saint-Nicolas !
Dans vos familles, vous avez sans doute aussi ouvert le calendrier de l’Avent pour la plus grande joie des petits. Si chaque jour apporte une surprise, sucrée le plus souvent, on peut aussi imaginer un chemin vers Jésus.
Le nom de « Jésus » signifie « Dieu sauve ». Il ne s’agit pas de sauver de la noyade, d’une chute, de la maladie... Sauver, dans la Bible, signifie « rendre plus humain ».
Voilà bien un chemin que chacun peut emprunter, qu’il/elle soit croyant/e ou pas. Et en cette année, le monde a bien besoin de grandir en humanité.
Notre proposition pour les adultes est de vous confectionner une boussole, question de ne pas perdre le nord, de rester bien accroché/e à notre but : en moi, que faut-il que je fasse pour devenir de plus en plus l’humus dont ma vie a besoin pour grandir et s’épanouir ?
Chaque semaine, on pourra aussi s’arrêter sur un des trois autres points cardinaux : à l’est, faire confiance au jour qui se lève. Regarder le soleil apparaître à l’horizon pourrait nous inspirer.
La semaine suivante, au sud, se réjouir du jour en pleine lumière. On peut imaginer d’apporter la lumière à chaque jour à une personne différente... il suffit d’un coup de fil. Et la dernière semaine avant Noël, apprendre à faire
confiance, confiance en Dieu, confiance en l’homme.
A chacune, à chacun, un Avent riche et plein de découvertes, découverte de ce que nous sommes capables, grandir même si nos cheveux sont bien blancs.


Josiane Buxin

Maintenons le cap ! Consultons notre boussole !

Instrument maritime essentiel, la boussole permit aux marins de trouver leurs routes, de découvrir ainsi de nouvelles terres, d’assurer le transport maritime, de nourrir les populations, de faire voyager vers d’autres continents et civilisations. La vie à bord de ces vaisseaux d’autrefois n’était cependant pas sans risques : tempêtes, naufrages, combats, maladies, … Malgré cela, pleins de courage, d’intrépidité et de persévérance, des milliers de personnes ont continué à naviguer et à accomplir leur vocation, parfois au péril de leur vie.

L’histoire avec un grand H est remplie d’actes héroïques accomplis en temps de crise, mais elle oublie par contre souvent de célébrer le courage et la résilience de simples citoyens dans le quotidien de leurs vies. Pour eux aussi, pour nous, il est important de garder le cap et de s’aider pour cela d’une boussole. Avoir une direction et des outils sous la main sont toujours les bienvenus et permettent de rebondir et de persévérer.
La période de crise que nous connaissons est pénible et violente.
Elle met à mal notre liberté, notre sécurité et notre santé. Nous sommes découragés, désemparés, fragilisés.

Pourtant, si nous prenons le temps de réfléchir à ce que nous vivons, il y a de grandes chances pour que nous nous apercevions qu’il subsiste au fond de nous une petite flamme, une lumière intérieure, une boussole capable de nous indiquer un chemin d’espérance et de liberté pour faire face à l’adversité.

Cette petite flamme, cette lumière intérieure, ne serait-ce pas Jésus pour nous chrétiens ?
Ne serait-ce pas l’Evangile et son message d’amour, de fraternité et de solidarité ?
Alors, sans regarder en arrière et en évitant d’avoir peur de notre propre peur, prenons résolument Jésus comme boussole.
Il nous indiquera le cap à suivre, droit devant avec courage et persévérance en suivant son sillage !

Pol Bréda

Rentrée, recommencement...
bien faible direz-vous !

Regardons plutôt le verre plein...Dans nos familles. Quels sont les commencements ? Chez nous, un de nos petits-enfants entre à l’univ, un autre a été totémisé, le voilà scout pour de bon. Le troisième entre en première primaire et compte déjà : « een, twee, drie, vier, hoedje van... », les deux plus jeunes entrent à la crèche. Les autres continuent leur bonhomme de chemin avec une imagination, une énergie que je leur envie parfois... Mais oui, malgré les épreuves lourdes à porter, la vie vaut la peine !Rentrons donc avec un regard positif vers l’avenir et puisqu’il est de bon ton de prendre des résolutions, décidons de tout faire pour offrir autour de nous tout ce qui peut rendre heureux.

En lisant l’épisode de la pêche miraculeuse avec les jeunes qui seront confirmés dès que ce sera possible, on voit que Jésus dit à Simon : « désormais, ce sont des hommes que tu prendras » (Luc, 5, 11), on s’est demandé comment nous pourrions pêcher des hommes. Comment chacun/e peut-il/elle aider les humains à sortir du mal et de la mort que la mer représente dans la Bible ? Vingt-trois réponses ont jailli : par la bienveillance, le pardon, la joie, la maîtrise de soi, l’écoute, l’entraide, le sourire, le respect, la gentillesse, l’absence de jugement, l’intercession, le travail ensemble, la consolation, la serviabilité, l’amour, le partage, le courage, la patience, la prière, l’optimisme, l’enthousiasme, l’amitié, la confiance en soi.Voilà une résolution possible, partons à la pêche !

Josiane Buxin

 

Notre communauté aura été guidée cet été, par les mesures sanitaires décidées par le gouvernement fédéral pendant toute la période des vacances.
Pas facile dès lors de se retrouver en convivialité et fraternité dans notre bâtiment pourtant construit pour cela.
Notre culte aussi, a été sacrifié par une distanciation sociale et le port du masque.
Heureusement, le foyer PIT est resté ouvert malgré tout, les dimanches matin, ainsi que la bibliothèque.

Mais qu'à cela ne tienne, le PIT survit et survivra à cette crise.
Conscients que le Covid-19 est loin d'avoir épuisé toutes ses conséquences, diront les Évêques de Belgique, portons dans la prière celles et ceux qui en sont particulièrement affectés.
Merci à toutes celles et ceux qui auront permis de nous retrouver dans ces temps difficiles.
De meilleurs jours nous attendent, sachons garder espoir pour que notre communauté retrouve sa chaleur amicale et son ambiance festive si caractéristiques.Bonne rentrée à toutes et tous.
                                                                                     Daniel Deschrijvere

Célébration de la vie et du départ de Claude

En tant qu’ami de Claude et de Danielle et en tant que président de l’ASBL Pacem in Terris dont Claude était administrateur, je souhaite vous informer de tout ce que la communauté de PIT a préparé comme hommage à Claude.

Compte tenu des circonstances actuelles, du temps limité laissé à la célébration, du nombre limité de participants autorisés et de tout ce que représentait Claude pour la communauté de PIT, nous n’aurions pas pu partager tous les témoignages que nous avons reçus lors de la célébration. Nous avons donc décidé de les rassembler dans le numéro du PITBLAD de juin 2020. Des exemplaires papier sont disponibles dans le casier réservé au PITBLAD dans le Hall d’Entrée. Vous pouvez en disposer aux heures d’ouverture de la Bibliothèque. Compte tenu des circonstances actuelles un nombre limité d’exemplaires a été prévu, mais une réimpression est possible en fonction de la demande.

La célébration a été filmée et a été retransmise en direct sur un site internet dédié. Elle a de plus été enregistrée. Vous pouvez la visionner en cliquant sur le lien ci-après :

 video

 

En parallèle, un diaporama a été monté avec un maximum de photos, souvenirs de Claude pris lors de son passage ici et
ailleurs. Ce diaporama a été sonorisé avec la musique choisie par la famille pour la célébration des funérailles de Claude.
Vous pouvez le visionner en cliquant sur le lien ci-après :

  Diapo

Claude ne t’inquiète pas, on s’occupe de toi, tu nous manques déjà.


Gilbert Amerlynck

 

Au moment où j'écris cet éditorial, nous sommes toujours confinés. J'espère que lorsque vous me lirez,
le confinement aura pris fin et que nous pourrons à 
nouveau vivre pleinement presque comme avant...   

Accepte chaque nouveau matin comme un cadeau, comme un don et si possible comme une fête.

 N'oublie pas que chaque jour t'est donné comme une éternité pour être heureux.

 Le matin, ne te lève pas trop tard ! Regarde-toi dans le miroir et souris à toi-même, et dis-toi bonjour :
 tu auras alors un peu d'entraînement pour le dire 
aux autres !

 Si tu connais les ingrédients du « soleil », tu peux toi-même le fabriquer aussi bien que ta soupe     quotidienne.

 Prends une bonne portion de bonté, ajoutes-y beaucoup de patience, patience avec toi-même,
 patience avec les autres. N’oublie pas le soupçon 
d'humour qui fait digérer les contretemps.

 Mélanges-y une bonne dose d'ardeur au travail et verse le tout avec un grand sourire, et tu obtiens
 le soleil du jour !

 

              Le soleil est pour beaucoup la chose la plus ordinaire du monde.             
              Cependant tous les jours il fait son miracle.

              Il allume pour moi la lumière et le feu.
              
Il combat les nuages pour me voir et m'offrir une belle journée.                                                             

                                                                                                         Daniel Deschrijvere         

Que Dieu vous garde !

 

Pour cause d'épidémie et de confinement de l'équipe rédactionnelle, le Pitblad ne paraîtra pas ce mois-ci.

Cela ne signifie pas que notre communauté n'existe plus, bien que toutes ses activités soient suspendues. Bien au contraire, elle reste là, forte, ancrée dans nos cœurs et dans nos âmes. Dans nos prières aussi. Dans de multiples gestes d'entraide, de coups de téléphone, de groupes internet... Nous restons et resterons soudés, même si nous devons, pour l'instant, ne pas quitter nos maisons.

Ayons une pensée pour ceux d'entre nous qui, vaille que vaille, sont sur le pied de guerre contre la maladie. Pour ceux qui travaillent dans les magasins. Pour ceux qui, hélas, sont tombés malades. Pour ceux qui, à cause du confinement, se voient séparés d'un être cher.

Et peut-être en ressortirons-nous plus unis, et plus forts…

Nous en profitons pour vous rappeler que si vous cherchez des occupations, cette période de confinement est peut-être propice à méditer, créer, innover, expérimenter, écrire et .... Alors prenez votre plus belle plume, faites nous part de vos émotions, votre vécu, et concoctez nous ainsi l'un ou l'autre article pour nos prochaines éditions.
Les lecteurs du Pitblad vous en seront reconnaissants.                                                                                                                                                                                                                                          L’équipe Bulletin

 

Accepte ce qui est, laisse aller ce qui était, et aie confiance en ce qui sera !

Je profite du temps qui m'est octroyé pour rédiger cet éditorial sommaire et partager avec vous quelques clés pour vous booster en ces temps difficiles. Nous vivons une période de prise de conscience et de transformation positives, à différents niveaux, avec une diminution importante de la pollution, une occasion de se recentrer sur ses priorités.

Mon premier conseil serait d'éviter de nous faire envahir par le stress des informations et profiter pour nous dédier ce temps qui nous est donné. Profitons pour faire de la méditation et nous recentrer sur nos projets de vie et nos priorités. Prenons le temps de prendre l'air. L'oxygène est très important pour notre système immunitaire mais aussi pour la production d'énergie. Faisons du sport (marche à pied, vélo, etc...) car il est aussi un stimulant important. Il a également des effets anti-dépresseurs importants. Ayons un sommeil suffisant et de qualité. (Ne restons pas trop longtemps devant les écrans le soir). Ayons une alimentation adéquate et équilibrée pour avoir une base d'un bon système immunitaire. Evitons de manger trop de sucres. Privilégions les aliments frais et bio si possible, contenant moins de pesticides et plus antioxydants et vitamines.
Privilégions l'ail, les oignons, le thym, l'origan, la sarriette, la curcuma, le gingembre,... qui contiennent des molécules anti-inflammatoires et des antiviraux. Privilégions les fruits et légumes bien évidemment.

J'en profite également pour faire remarquer en cette période de confinement, toute cette solidarité qui existe depuis le début de cette crise. Ce dévouement du corps médical est extraordinaire et nous fait chaud au cœur. Je remercie également toutes ces personnes anonymes qui viennent en aide, que ce soit pour les hôpitaux, les maisons de repos, les crèches, etc...

Profitons de cette crise pour prendre conscience de cette entraide et remercions le Seigneur de nous garder encore longtemps en bonne santé.
                                                                                                                                     Daniel Deschrijvere
                                     

                                                                                                                                                                

 

Tournons-nous vers la lumière !

Le poète libanais, Khalil Gibran, a écrit ‘Tu ne vois que ton ombre lorsque tu tournes le dos au soleil’. Tu ne te connais plus, tu vis replié sur toi. Tu n’es plus un homme debout. Tu n’es plus lumineux. Dieu ne nous a certainement pas créés pour vivre ainsi, pour mener une vie agitée, asservie au travail, anxieuse face à de multiples préoccupations et basée sur la critique et le fatalisme.
En tant que chrétiens, nous sommes convaincus que Dieu nous invite à lever les yeux vers le ciel, plus exactement vers Lui, ce visage de lumière, d’amour, de joie qu’est le Dieu de Jésus-Christ. C’est pour cela que l’Eglise nous offre chaque année le temps de Carême, une période privilégiée pour nous remettre en route, nous ressourcer, repenser en profondeur notre vie et ouvrir notre cœur à la lumière de l’Evangile.
En choisissant de vivre ainsi, en choisissant de nous tourner vers le Dieu-amour, nous «risquons» de devenir des amoureux de la vie, des femmes et des hommes engagés joyeusement dans un devenir constructif de notre société. Nos relations pourraient y gagner en attention, en dévouement, en gestes de fraternité et de partage. Et là, il y a vraiment foule : des milliers de sœurs et de frères de par le monde participent en effet à cette marche vers la lumière de Jésus !
Nous avons tous soif de vérité, d’absolu, d’amour et d’espérance. Et nous chrétiens qui croyons à la résurrection du Christ, nous avons certainement besoin de sentir et d’éprouver, de faire l’expérience de cette résurrection dans notre vie. Vivre en ressuscité en mettant nos pas dans ceux du Seigneur, en revenant aux valeurs essentielles, aux démarches et gestes quotidiens porteurs de vie et de partage, en faisant le tri dans ce qui nous bloque et nous empêche d’être debout. Voilà ce que nous pourrions essayer de vivre pendant ce Carême.
Nous voici sur les chemins de Pâques. Alors, sortons de l’ombre de nos habitudes et enfermements et tournons-nous vers le soleil de Dieu. Et pourquoi ne pas commencer chacune de nos journées par un bon bain de soleil en priant avec joie le Seigneur ?

Pol Bréda

 

 

Février : le mois des amoureux... « Tout dépend du cœur »

Tu penses davantage avec ton coeur qu’avec ton intelligence.
Tu regardes avec ton cœur les hommes et les choses.
Tu vois tout avec ton cœur !
Tes rapports avec ton entourage dépendent du cœur.
Ce que ton cœur désire tu le défendras avec toute ton intelligence et toutes tes forces.
Ton cœur choisit les hommes et les choses pour lesquelles tu veux vivre !
Ton cœur choisit les idées, la politique, le système pour lequels tu veux combattre.
Le cœur obscurcit ou éclaire la raison.
Si ton cœur est rempli d’égoïsme et de méfiance, ta raison ne trouvera jamais un chemin de paix.
C’est bien là la seule explication du fiasco de toutes les tables rondes et vertes, des interminables discussions sur la paix dans le monde. Les hommes ne s’aiment pas et c’est bien pourquoi ils ne seront jamais d’accord.
La paix, la joie et le bonheur dans le monde ne sont pas des affaires de la raison, mais une question de cœur !
Qu’une société se nomme chrétienne, socialiste, communiste ou maoïste, elle sera pourrie tant que le cœur de l’homme n’y sera pas sain à la racine !
La mission première pour tout homme : la Culture du cœur !
Bonne fête aux amoureux !

Daniel Deschrijvere

Bonne année ! Bonne santé !

Que cette année vous soit heureuse, pleine de projets, de découvertes, d’amitié, d’échanges, de rires... Chacun trouve des formules, des photos, des cadeaux pour exprimer ses souhaits. Le plus souvent, on pense à tout ce qui est agréable... tout en sachant que chaque jour apportera aussi son lot de difficultés, de peine, de maux divers.
Alors, pour ma part, je vous souhaite de vivre 2020 debout, debout parce que vos jambes vous portent allègrement ou parce qu’un ami, un frère, une sœur soutient votre démarche un peu ou bien chancelante.
Debout parce que vous êtes un ou une battant-e ou debout parce qu’un ami, un frère vous réconforte, vous encourage.
Je vous la souhaite joyeuse, joyeuse parce que c’est votre caractère ou parce que la vie vous sourit. Joyeuse parce
que même à travers vos larmes, vous voyez un ami, un frère qui vous sourit.
Et enfin, si vous croyez en lui, d’être accompagnée par la force et la joie profonde que Jésus a promises à ceux et celles qui veulent mettre leurs pas dans les siens. Et si vous hésitez à y croire, je vous souhaite d’y penser souvent, d’être à l’écoute de ce qu’il vous dit sans doute de mille façons... je vous assure que le découvrir serait sans doute le plus beau cadeau que 2020 vous apporterait !

                                                            Josiane

De l’autre côté de moi

De l’autre côté de moi, j’ai rendez-vous avec un autre.
De l’autre côté de moi, celui que je ne connais pas.
Il est toi, il est moi, il est nôtre, il va venir et je l’attends.
Il a les yeux d’une rivière, il ne compte jamais le temps quand il met tout devant derrière.
Les étoiles ont un jardinier qui me dira où il demeure.
Je l’attendrai sous le figuier et nul ne sait le jour ni l’heure.
Il va venir comme la faim.
Il n’est pas né dans une église.
Il sert la paix comme du vin et chacun en boit à sa guise. Il va venir quand vient la nuit, enfant de paille, enfant de sable.
Il ne fait jamais aucun bruit : il entre toujours par l’étable. Il est toi, il est moi, il est nôtre...

On dit que Dieu n’est qu’un enfant.

Viens réchauffer tes mains, mon frère.
On dit que nous avons un dieu, que ce n’est pas un militaire, ni l’empereur, ni son neveu, que ce n’est pas de ces notables, ni de ces bourgeois triomphants.
On dit qu’il est né à l’étable.
On dit que Dieu n’est qu’un enfant...

Viens réchauffer tes mains, mon frère.
On dit qu’il nous est né un Dieu, qu’il est né en terre étrangère, et moi j’ai oublié le lieu.
Toi qui habites le silence, tes poings serrant un bout de pain.
Je voudrais voir si sa naissance tu ne la tiens pas dans tes mains...

Jean Debruynne et Daniel Deschrijvere